Retour accueil

La forêt calédonienne décryptée

Foretredim La forêt calédonienne décryptée

La forêt calédonienne est une extraordinaire mosaïque de milliers de petites unités forestières différentes, complètement originales et uniques. C’est en substance ce que révèle une étude publiée par des chercheurs de l’IAC en juillet dernier dans la revue Applied Vegetation Science et dans le cadre d’un programme de recherche associant l’IAC, le CIRAD, l’IRD et la Province Nord. 

 

On le savait. La Nouvelle-Calédonie héberge l’une des flores les plus riches et originales de la planète. Mais au delà de l’inventaire foisonnant des espèces végétales, qu’en est-il des forêts, ces écosystèmes qui les abrite ? Depuis 2010, une équipe de recherche de l’IAC dirigée par Philippe Birnbaum, chercheur en écologie forestière IAC-CIRAD-AMAP, s’affaire à étudier la composition et la structure de la forêt humide, en particulier en province Nord et suivre son évolution. « Nous cherchons à dresser le portrait robot de cette forêt, comprendre pourquoi est-elle aussi riche et comment se distribue cette richesse. Répondre à ces questions permettrait  d’optimiser les politiques de gestion et de conservation de ces écosystèmes remarquables » explique Thomas Ibanez, post-doctorant.

Placettes. Pour ce faire, l’équipe s’est appuyée sur un réseau de parcelles forestières mis en place par l’IRD depuis 2005 dans les principaux massifs forestiers de la Grande Terre.  Ce réseau de surveillance, baptisé NC-PIPPN pour « New- Calédonian Plant Inventory and Permanent Plot Network », comprend plus de 200 placettes de 400m2 et 30 000 arbres, arbustes, palmiers ou fougères y font l’objet de mesures approfondies. « Nous n’avons pris en compte que les plantes dont le diamètre est supérieure à 5 cm puis réalisé des mesures de densité de composition et de richesse floristique. Nous évaluons ensuite comment certains facteurs environnementaux, comme l’altitude, les précipitations ou la pente influencent la diversité structurelle et floristique »  précise le jeune chercheur. 

Thomas foretOriginalité structurale. Résultat, « la forêt calédonienne est l’une des plus denses du monde. Les arbres y sont plus nombreux mais ils sont plus petits qu’ailleurs. A titre de comparaison, les forêts les moins denses de Nouvelle-Calédonie correspondent aux forêts les plus denses de Guyane, en Amazonie » confie Philippe Birnbaum. « En dehors de ce constat, il est difficile d’affiner le portrait type de la forêt humide calédonienne car l’étude des parcelles révèle une forte dissimilarité. La ressemblance floristique entre deux parcelles ne dépasse jamais 30% et la plupart des espèces inventoriées sont rares au sein du réseau. En clair, cela signifie que pénétrer au cœur de la forêt calédonienne, c’est découvrir à chaque pas un nouvel univers végétal » ajoute t-il.

Fonctions écologiques. Reste à comprendre quels sont les facteurs qui gouvernent une telle originalité et étudier les aspects fonctionnels. Une forêt en bonne santé est une forêt dans laquelle ses individus, les arbres, remplissent les fonctions indispensables à la pérennité de l’écosystème. « Quand une ouverture se crée dans une forêt, après un chablis ou un cyclone, il y a tout un cortège d’espèces qui s’installent pour cicatriser le milieu. Ce sont des espèces pionnières. Notre travail consiste donc à déterminer si ces fonctions vitales comme la cicatrisation, la régénération, la production de matière organique, etc, sont correctement remplies dans une forêt et surtout d’identifier les groupes d’espèces impliquées. Ainsi, nos données permettent d’évaluer l’état sanitaire et dynamique des forêts afin de proposer, à terme, des outils d’appui aux politiques de gestion et conservation de l’environnement » conclut Philippe Birnbaum.

 

Equipe de recherche :

Philippe Birnbaum, chercheur en écologie forestière IAC-CIRAD-AMAP

Thomas Ibanez, chercheur post-doctorant IAC

Elodie Blanchard, Doctorante IAC

Hervé Vandrot, technicien botaniste IAC

Lien vers la publication scientifique

 

Partenaires :

logosphilippepetit

 

Texte : Estelle Bonnet-Vidal, Thomas Ibanez et Philippe Birnbaum ; Photographies : Copyright IAC-P. Birnbaum

Retour : Actualités