L'Institut agronomique néo-Calédonien est un organisme de recherche original et unique
en Nouvelle-Calédonie. Il mène des recherches finalisées en appui au développement
rural du pays, centrées autour des enjeux d'agriculture durable, d'environnement
exceptionnel à préserver, et de transformations du monde rural.
Retour accueil

Région et international

450

À l’échelle nationale, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) reste le partenaire scientifique historique et privilégié de l’institut.


En tant que membre fondateur de l’établissement, de véritables relations de coopération scientifique se sont nouées progressivement, dans un intérêt commun et un bénéfice réciproque. C’est ainsi que de nombreux pro¬jets de recherche sont désormais construits ensemble, éventuellement avec d’autres partenaires scientifiques, pour répondre à des appels d’offre ou construire des propositions soumises à financements locaux.

L’IAC est également engagé dans divers projets, notamment avec les universités Paris Ouest-La Défense, de Rouen, de Bourgogne, l’ENS-Lyon, Astredhor, le CNRS, EHESS, le GEMDEV, AgroParisTech , l’ENSAIA.

Régional

L’IAC est aussi impliqué dans la coopération régionale. Des accords de coopération ont été passés avec plusieurs pays de la région : Vanuatu, Nouvelle-Zélande, Wallis et Futuna… Des études sont conduites conjointement avec d’autres pays : Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Polynésie française, la Réunion, etc., ainsi qu’avec la CPS.

Dans la région Pacifique, l’IAC coopère avec ainsi avec les scientifiques de différents organismes de recherche d’Australie (CSIRO, QDPI, Université du Queensland, Université de Monash, Melbourne), de Nouvelle-Zélande (Université de Massey, Université d’Auckland, DoC, Landcare, Plant and Food Research) et de Hawaii.

L’institut a également noué des relations étroites avec la CPS, en particulier en 2011 avec sa participation aux réflexions de la stratégie pays entre la CPS et la Nouvelle-Calédonie. Les chercheurs collaborent aussi avec le CePaCT de Fidji, la SPR de Polynésie française, le Vanuatu (CTRAV, Santo, DARD) et Wallis-et-Futuna. L’IAC est aussi régulièrement intervenu dans le réseau PAPGREN de la CPS qui regroupe les principaux pays du Pacifique et s’intéresse aux ressources génétiques végétales agricoles de la région.

International

Egalement, l'IAC est membre de l'APAARI (Asia Pacific Association of Agricultural Research Institutions) depuis plusieurs années au même titre qu’une quarantaine d’institutions des pays du pacifique et d’asie œuvrant dans le domaine de la recherche agronomique pour le développement. L’IAC participe à des réunions de l’association, notamment pour des travaux de synthèses de stratégies régionales (exemple : participation au rapport et au groupe de travail constitué par l’Asian Development Bank pour la rédaction du rapport présenté dans le cadre mondial de la GCARD).

 

rayonnement IAC