Retour accueil

2016-proposition de sujet de these

Proposition de sujet de thèse

Contribution des forêts de basse altitude
au maintien de la biodiversité des forêts de la Nouvelle-Calédonie

Dépôt des candidatures jusqu'au 31 juillet 2016


Unités d'accueil :
Equipe UMR-AMAP/IAC Centre IRD de Nouméa – BPA5 – 101, Promenade Roger Laroque – 98 848 Nouméa Cedex – Nouvelle-Calédonie

Ecole doctorale :
Ecole doctotale de l'Université de Montpellier pour les Sciences du vivant et de l'Environnement et des Sciences et Technologies (Ecole doctorale GAIA)

CONTRAT

Bourse de thèse sur convention province Nord complétée par Bourse d'encouragement à la recherche de l'Institut Agronomique néo-Calédonien
Allocation: 240 000 XFP net/mensuel (soit 2011,2 euros net/mensuel)

DESCRIPTION DU PROJET :

La perte et la fragmentation des habitats sont reconnues, à échelle mondiale, comme la première cause d'érosion de la biodiversité. Les points chauds de biodiversité sont des régions où les enjeux de conservation de la biodiversité sont portés à l'extrême parce qu'elles hébergent une biodiversité exceptionnelle, mais aussi gravement menacée par les activités anthropiques. La Nouvelle-Calédonie est un point chaud de biodiversité situé dans l'Océan Pacifique SudOuest qui héberge plus de 3300 espèces de plantes vasculaires ayant un taux d'endémisme dépassant les 75%. La perte et la fragmentation des forêts, causées notamment par l'exploitation minière, les incendies et le changement d'utilisation des terres, sont parmi les principales menaces qui pèsent sur cette flore.

Historiquement, les travaux en matière de botanique et d'écologie végétale se sont principalement intéressés aux maquis ultramafiques de par les enjeux miniers qu'ils incarnent et les financements qui en découlent ainsi qu'aux reliques de forêts sclérophylles littorales pour leur état de dégradation critique. Depuis près de cinq ans, l'équipe UMR-AMAP/IAC de Nouméa étudie les forêts denses humides les moins perturbées avec la mise en place d'un réseau de parcelles permanentes. Les habitats forestiers compris entre les forêts denses humides de moyenne et haute altitude et les forêts sèches situées à basse altitude le long de la côte ouest n'ont jusqu'à présent fait l'objet d'aucune étude spécifique, certainement de par leur niveau d'anthropisation élevé et l'absence, a priori, de flore spécifique.

Ces forêts de basse altitude (FBA) constituent pourtant, après les forêts sèches, les habitats forestiers les plus fragmentés et impactés par les activités anthropiques. Il est donc opportun aujourd’hui d’améliorer la connaissance des FBA car elles peuvent avoir un rôle majeur à jouer pour le maintien de la biodiversité dans les forêts de Nouvelle-Calédonie notamment en (i) servant de réservoir d’espèces pour la recolonisation des milieux dégradés et (ii) en assurant une connectivité entre les différents massifs forestiers
de la chaîne centrale mais aussi avec les forêts sèches littorales.

Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet COGEFOR visant à la conception d’un outil pour la gestion conservatoire des forêts de la province Nord de Nouvelle-Calédonie et cofinancé par la province Nord, le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et l’Institut Agronomique néoCalédonien (IAC). L’objectif est de décrire, d’un point de vue floristique et écologique, le continuum qui relie naturellement les forêts denses humides aux forêts littorales, et de comprendre comment l’action de l’homme modifie ce continuum. La thèse s’articulera autour de trois volets correspondant à trois échelles.

1/ Échelle locale : caractérisation biotique et abiotique des FBA

• Caractérisation des communautés d'arbres par la mise place de parcelles supplémentaires
• Identification d'espèces ou de cortèges d'espèces bioindicatrices ou, au contraire, ubiquistes (transgressives)
• Compréhension de la dynamique de retrait/d'extension des FBA par des transects de part de d'autre de la lisière forestière
• Classification bioclimatique des forêts, notamment au moyen de microstations

2/ Échelle du paysage : étude de l'effet de la perte et de la fragmentation des FBA sur leur composition floristique

• Cartographie des FBA à partir d'images aériennes
• Quantification de la perte et de la fragmentation des FBA sur système d'information géographique
• Estimation du rôle des FBA dans la connectivité entre massifs en associant analyse de paysage et modèle de niches écologiques
• Analyse des relations liant diversité (volet 1) et distance aux réservoirs forestiers

3/ Échelle de l'île : estimation des contributions actuelle et potentielle des FBA au maintien de la biodiversité de Nouvelle-Calédonie

• En extrapolant la composition floristique mesurée (volet 1) à la superficie totale des forêts de basse altitude (volet 2), définition de la contribution des FBA à la diversité gamma de l'île
• Simulation de scénarios de restauration écologique par modélisation


Compétences requises :

• Titulaire d'un Master 2 Recherche ou équivalent en écologie végétale, ayant idéalement déjà travaillé en région tropicale.
• Une autonomie en matière d'analyse de données/modélisation (logiciel R) et de SIG (QGIS) est requise.
• Des connaissances de base en botanique sont demandées.
• Le candidat devra porter un intérêt particulier pour le travail de terrain.

Candidature :

Date limite de dépôt des candidatures : 31 juillet 2016

Responsable : Mr. Philippe BIRNBAUM


Candidature et lettre de motivation (en format .pdf) à adresser par courriel à :

Philippe BIRNBAUM : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
">