Retour accueil

Rapport de synthèse bibliographique

01-HUE-resistance tiqueRésistance à la tique Rhipicephalus microplus des races bovines présentes, ou en vue d'introduction, en Nouvelle-Calédonie

 

Hüe Thomas.

2014

Rapport de synthèse bibliographique
IAC-AXE 1
16p.

Document en texte intégral

Résumé
Ce rapport fait suite à la demande de l’UPRA en date du 27 juin 2013 (n°10908/PR/13), de réaliser une synthèse bibliographique sur la résistance à la tique des races présentes, ou en vue d’introduction, en Nouvelle-Calédonie

La lutte contre les tiques mais plus particulièrement contre la plus répandue d’entre elles Rhipicephalus (Boophilus) microplus fait largement appel aujourd’hui à des « races » bovines dite résistantes à cette tique. Mais, même si ce développement est relativement récent en Nouvelle-Calédonie, leur sélection a déjà commencé depuis plus d’un siècle à travers le monde. En élevage bovin, on parle communément de « races », mais il s’agit en fait de deux espèces, l’une taurine « taurus », l’autre zébu « indicus » appartenant au même genre « Bos ». Elles sont inter-fécondes et produisent des descendants qui le sont également ; elles se distinguent entre elles par des caractères morphologiques évidents (bosse du garrot notamment). Les zébus et quelques races taurines indigènes (Sanga, Criollo…) ont évolué dans des environnements où la tique était présente et, sauf conditions inhabituelles, ne sont pas affectées par une exposition continue à ce parasite (Frisch, 1999).

Connaître l’historique des races étudiées est donc un facteur important pour appréhender leur résistance.