Retour accueil

Rapport sur Appel à projet 2015

2015-rapport-amborella-texteSynthèse des travaux de recherche et d'expérimentation menés sur Amborella trichopoda

Scutt C, Gâteblé G, Fogliani B, Klein N, Andrès-Robin A, Fabre I, et Anger N.

2015

Rapport d'étude sur fonds public
Projet financé par la Fondation ARS-CUTTOLI PAUL APPELL
IAC/UNC/ENS de Lyon
final, 120p.

Document confidentiel

Résumé
Le projet dont les travaux sont présentés dans ce rapport a été financé par la Fondation ARS-CUTTOLI-PAUL APPELL sous l'égide de la Fondation de France et mené pendant 2 ans par trois partenaires scientifiques et technologiques en Nouvelle-Calédonie (Institut Agronomique néo-Calédonien, Université de Nouvelle-Calédonie) et à Lyon (Ecole Normale Supérieure). Le statut phylogénétique unique d'Amborella trichopoda, aujourd'hui quasi-unanimement reconnue comme l'espèce sœur de tout le reste des plantes à fleurs actuelles, suscite un intérêt auprès de la communauté scientifique depuis une quinzaine d'années. Nombreux aspects fondamentaux à finalité de recherche ou appliqués restent cependant à élucider. Le séquençage du génome d'Amborella, auquel deux des partenaires de ce projet ont participé, ouvre de plus un grand nombre de perspectives et vient se placer en appui aux différentes échelles de travail évoquées ci-dessous. Il apparaît tout d'abord indispensable de maîtriser la multiplication de l'espèce afin de disposer d'une quantité suffisante de matériel végétal que ce soit à des fins expérimentales ou conservatrices. De nombreux plants ont donc été bien établis ex situ à Lyon et en Nouvelle-Calédonie. Nous avons dans ce sens obtenu des résultats positifs par bouturage classique ainsi que par semis in vitro, pour lesquels les milieux de croissance et hormones ont été optimisés. Ceci a d'ailleurs soutenu les essais de génétique fonctionnelle. Ces derniers menés au sein du projet n'ont pas pour l'instant permis d'obtenir de manière reproductible une transformation stable (transgénèse par Agrobacterium) ou transitoire (Virus Induced Gene Silencing) et seraient donc à poursuivre. Ce projet a de plus permis de mettre en lumière des données inédites concernant le type de dormance qui caractérise les graines d'Amborella, à savoir une dormance morphophysiologique non-profonde ainsi que d'apporter des premiers éléments quant à la levée de dormance in situ. Enfin, les observations menées in situ et ex situ ont permis de décrire l'existence de fleurs "bisexuelles" et d'apporter des premiers éléments quant au déterminisme sexuel chez Amborella, et ainsi de poser les bases d'un potentiel futur projet à ce sujet. Ce projet devrait donc donner lieu à la publication de trois articles actuellement en préparation (culture in vitro, dormance / germination et déterminisme sexuel) qui seront soumis pour publication dans un avenir proche. Le financement de la fondation ARS-CUTTOLI-PAUL APPELL est également cité dans les travaux en lien avec le séquençage du génome d'Amborella ayant abouti à une publication dans la revue Science. De nombreuses données ont donc été acquises et dégagent des pistes de travail prometteuses en termes de conservation, recherche (génomique évolutive, génétique fonctionnelle) et valorisation.