Retour accueil

Rapport d'étude 2016

2016-GYU-Rapport IPG txtÉtude des données issues de l'identification des bovins et de l'impact des suivis en élevage du GDS-A en Nouvelle-Calédonie.
Bilan au 31/12/2014



Guyard M
, Galibert V, et Hüe T.

(août) 2016

Rapport de Convention d'étude IAC/CANC, rapport d'étude IAC/Axe 1, 67p.


Accès libre



Résumé :

L'identification des bovins en Nouvelle Calédonie est actuellement coordonnée par le GDS-A sous l'égide de la DAVAR. Le recueil des données d'identification des bovins via la Prime à la Vache Allaitante (PVA) puis via l'Identification Pérenne Généralisable (IPG) permet d'avoir une meilleure connaissance du troupeau calédonien et d'en faire son suivi dans le temps. Cette étude, ayant pour objectif de calculer les indicateurs de productivité des troupeaux comme les taux de vêlage, de réforme ou encore de mortalité, a mis en évidence que les données issues de l'identification n'étaient pas assez fiables sur les années 2010 à 2014 pour le calcul de ces indicateurs. Les sorties sont peu déclarées ou le sont à l'occasion d'inventaires, très souvent bien après leur sortie réelle. La déclaration de sortie des bovins par les éleveurs est donc une condition nécéssaire pour pouvoir calculer des indicateurs de productivité reflétant la réalité.

Essentiel à retenir :

Le développement d'une identification commune des troupeaux à l'échelle du territoire via la PVA puis l'IPG a connu un essor important depuis sa mise en place en 2010. Le nombre d'éleveurs inscrits à l'IPG a ainsi été multiplié par 6 entre 2010 et 2014 et le nombre de bovins identifiés par 3,5 sur la même période. En considérant tous les animaux enregistrés dans la base Orani, c'est environ 80% des bovins du territoire qui sont ainsi identifiés, ce qui fait de ce système un outil très important pour le pilotage de la filière.

Cependant, l'étude des données issues de l'identification des bovins et de l'impact des suivis en élevage du GDS-A en Nouvelle Calédonie a mis en exergue que les données issues de la base Orani des éleveurs IPG ne sont pas suffisamment fiables sur les années 2010 à 2014. En effet, le manque de déclaration des sorties des animaux biaise le calcul des indicateurs de productivité pour ces années.
Cette étude montre ainsi l'importance de la déclaration rapide de la sortie des animaux ainsi que l'intérêt, lors des visites d'élevage réalisées par le GDS-A, de bien vérifier - entre autre - les effectifs de vaches mères, éléments clés pour le calcul des indicateurs de productivité.
Le calcul de ces indicateurs, utiles pour la filière, ne pourra ainsi se faire qu'au prix d'une amélioration de la collecte et de la fiabilité de ces données.

Cette étude devrait être reconduite pour les années 2015 à 2020 afin de refaire la comparaison entre les données de la Charte Bovine et celles d'IPG.






Enregistrer

Enregistrer