Retour accueil

Rapport scientifique 2016

2016-AMI-restauration ecolo sites miniers-txtLa restauration écologique des sites miniers.
Rapport bibliographique du projet Recosynth 2016.



Amir H, Fogliani B, L'Huillier L, Gensous S, Saintpierre D, Lagrange A, Reck A, Blanchard B, et Gaillard T.

(juillet) 2016

Rapport Scientifique, 56p.

CNRT "Nickel & son environement"
IAC/UNC/SIRAS-Pacifique/Bota-Environnement


Sur demande



Dans ce rapport, seront abordés, dans un premier temps, les concepts et les notions liés à la restauration écologique, ainsi que les évolutions connues par cette discipline durant les dernières décennies. Ces développements théoriques nous paraissent importants, d'autant qu'en Nouvelle-Calédonie, la distinction entre revégétalisation et restauration écologique n'est pas toujours comprise et que cette compréhension est essentielle pour mettre en place des modes de suivi des sites revégétalisés, en vue de vérifier s'ils évoluent vers une véritable restauration du milieu, vers un état d'équilibre à long terme, proche de l'état naturel. La restauration écologique met en jeu des aspects pratiques divers. Les travaux sont particulièrement actifs dans le domaine des suivis et de la caractérisation d'indicateurs de réussite de la restauration qui sont donc largement discutés ici. La deuxième partie de ce rapport portera sur la restauration des anciens sites miniers. Les études réalisées notamment en Australie, un des pays pionniers dans ce domaine, seront résumées, avant de se focaliser sur la Nouvelle-Calédonie. La Nouvelle-Calédonie connaît, depuis une vingtaine d'années un développement de l'exploitation minière sans précédent, avec notamment l'installation de deux nouvelles entreprises multinationales. Les contraintes de gestion et de restauration y sont souvent différentes de celles qui prévalent dans d'autres régions minières, du fait de l'étendu de la superficie des mines par rapport à la surface réduite du pays, du fait du taux d'endémisme élevé qui caractérise ses écosystèmes et du caractère extrême de ses sols ultramafiques. Les premières expérimentations visant la restauration des milieux dégradés par l'activité minière en Nouvelle-Calédonie ont commencé il y a plus de 30 ans. Les données et résultats concernant ces expérimentations sont très dispersés et souvent peu disponibles. Si le projet RECOSYNTH dans son ensemble vise à faire le point sur leur degré de réussite et les facteurs qui expliquent leur évolution, la dernière partie de ce rapport discute les principales expérimentations de revégétalisation réalisées et les diverses techniques utilisées..



 

 www.cnrt.nc

Enregistrer