Retour accueil

Rapport scientifique 2016

2016-Rapport intermédiaire RECOSYNTH-txtAnalyse et synthèse des expérimentations et actions de restauration écologique réalisées sur sites miniers en Nouvelle-Calédonie depuis 20 ans.

Rapport intermédiaire du projet Recosynth 2016.



Amir H, Fogliani B, L'Huillier L, Saintpierre D, Lagrange A, Reck A, Blanchard B, et Gaillard T.

(juillet) 2016

Rapport Scientifique sur appel à projet, 58p.

CNRT "Nickel & son environement"
IAC/UNC/SIRAS-Pacifique/Bota-Environnement


Sur demande



Les écosystèmes ultramafiques ou miniers de Nouvelle-Calédonie, patrimoine naturel exceptionnel, sont soumis à plusieurs effets anthropiques négatifs. Parmi ces effets, l'exploitation minière est un des plus importants et dont les dégradations sont les plus difficiles à réparer, en raison du décapage du sol, avec sa flore et sa faune. Afin de laisser aux générations futures les mêmes paysages, avec des services écosystémiques similaires, il apparaît de plus en plus évident qu'un effort considérable doit être consenti pour restaurer correctement les terrains dégradés, avec l'objectif ambitieux de se rapprocher à long terme, de leur état initial avant exploitation.

La restauration écologique des milieux dégradés a fait l'objet de nombreux travaux dans le monde (Van Diggelen et al., 2001 ; Young et al., 2005), notamment en Australie avec des avancées importantes sur la restauration des terrains miniers (SERA 2015). Cependant, les conditions des milieux ultramafiques néo-calédoniens sont particulièrement extrêmes et la croissance des espèces natives beaucoup plus lente que des eucalyptus. Les études scientifiques orientées vers la restauration écologique des terrains miniers de Nouvelle-Calédonie sont aujourd'hui assez nombreuses et les résultats relativement porteurs (L'Huillier et al. 2010 ; Amir et al. 2014 ; Bordez 2015). Par ailleurs, de nombreux travaux et essais de revégétalisation sur le terrain, visant la restauration écologique, utilisant diverses techniques et testant divers résultats de recherche, ont été réalisés depuis plus de 30 ans. Malheureusement, les résultats qui découlent de la majorité de ces travaux ne sont pas connus ou très peu, et surtout, les essais n'ont pas été suivis sur un temps suffisamment long pour en apprécier l'intérêt et l'efficacité.


C'est pourquoi, suite à ce constat partagé par tous les acteurs intervenant dans ce domaine, le CNRT « Nickel et son environnement » a publié un appel d'offre pour réaliser un bilan des travaux de terrains réalisés ces dernières décennies en revégétalisation orientée vers la restauration écologique.

Un consortium constitué de 2 équipes de recherche de l'Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) et de l'Institut Agronomique néoCalédonien (IAC), ainsi que de 2 entreprises privées travaillant dans ce domaine , SIRAS-Pacifique et Bota Environnement, s'est constitué pour mener cette étude sur deux ans, de 2015 à 2017.

L'approche générale consiste dans un premier temps à récolter toutes les données existantes sur plusieurs dizaines de sites revégétalisés, puis à retourner sur ces terrains pour y décrire, avec de nombreux paramètres, l'état actuel de « l'écosystème » recréé, en évolution. L'ensemble des données est alors intégré dans une base de données spécialement dédiée, avant d'être traité par diverses méthodes statistiques, complétées par des comparaisons directes.

Le présent mémoire est un rapport intermédiaire correspondant aux travaux réalisés durant la première année. Il est important de souligner qu'à ce stade, nous n'avons pas encore les résultats de l'étude, celle-ci nécessitant diverses étapes complexes avant d'obtenir la majorité des données et surtout de les analyser de façon efficace. En effet, cette étude comporte une difficulté majeure : la diversité des essais et travaux, réalisés à diverses époques, dispersés sur tout le territoire, à différentes altitudes, sur différents terrains, dans diverses conditions climatiques et environnementales et avec des approches très différentes, qui rendent l'interprétation des données extrêmement complexe.

Au terme de cette première année, l'étude en est au début des descriptions détaillées de l'état actuel des terrains revégétalisés


 

 www.cnrt.nc

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer