Retour accueil

Rapport de recherche

rapp plantes fs gateble

Multiplication et valorisation horticole des plantes de forêt sèche indigènes à la Nouvelle-Calédonie

 

Karnadi G, et Gâteblé G.
Juin 2013. 54p.
Rapport de recherche
IAC-Axe 1 / CEN

Document en texte intégral

Résumé

Dans la continuité des études lancées sur la valorisation des plantes ornementalesindigènes de forêt sèche depuis 2003, les travaux effectués au cours de l'année 2012 ont visé àla sélection des espèces les plus intéressantes à valoriser pour les aménagements paysagers.Dans ce cadre, une suite des travaux des années précédentes a été réalisée et de nouvellesespèces non encore testées l'ont été.


En 2012, le travail de multiplication a porté sur 12 espèces, Carissa ovata, Capparis artensis, Capparis quiniflora, Grewia crenata, Jasminum noummense, Hubera nitidissima, Cleistanthus stipitatus, Glochidion billardieri, Pseuderanthemum repandum ssp. tuberculatum, Phyllanthus conjugatus var. ducosensis, Solanum tetrandrum et Passiflora cf barclayi, réparties en 9 familles. Les espèces testées pour la première fois (10) en bouturage à la SRA de St Louis sont Capparis artensis, Capparis quiniflora, Grewia crenata, Jasminum noumeense, Hubera nitidissima, Cleistanthus stipitatus, Pseuderanthemum repandum ssp. tuberculatum, Phyllanthus conjugatus var. ducosensis, Solanum tetrandrum et Passiflora cf barclayi. Carissa ovata et Glochidion billardieri, ont été testés afin d'affiner les résultats de précédents tests.

Ainsi, ce sont près de 880 boutures des espèces précitées qui ont été réalisées en 2012. Les meilleurs résultats d'enracinement ont été pour Pseuderanthemum repandum ssp. tuberculatum et Solanum tetrandrum avec respectivement 84% et 83% d'enracinement. Des résultats intéressants mais plus mitigés ont également été enregistrés pour Glochidion billardieri, Phyllanthus conjugatus var. ducosensis et Passiflora cf barclayi, avec respectivement 56%, 40% et 50% d'enracinement. Les moins bons résultats concernent Capparis artensis, Capparis quiniflora, Grewia crenata, Hubera nitidissima, Cleistanthus stipitatus et Carissa ovata avec respectivement 28%, 0%, 27%, 9,8%, 3%, 15%, inférieur à 1% (essai encore en cours) d'enracinement.

Après 2013, il est prévu de travailler sur de nouvelles espèces, de continuer le suivi de la culture des espèces précitées ainsi que de rédiger des fiches techniques pour les espèces les plus concluantes, telles que Glochidion billardieri et Pseuderanthemum repandum ssp. tuberculatum, puis de transférer des pieds-mères aux pépiniéristes privés.