Retour accueil

Restitution des travaux de thèse de M. Thibault

11 décembre Restitution thèse de Martin Thibault


 

Restitution grand public de la thèse de Martin Thibault, «  Le bulbul à ventre rouge (Pycnonotus cafer): dynamique d’invasion et impacts écologiques d’un oiseau introduit en Nouvelle Calédonie»

Thèse obtenue en juillet 2018 à l’Université de Massey dans sa version anglaise «  The red vented-bulbul (Pycnonotus cafer): invasion dynamics and ecological impacts of an introduced pest bird in New Caledonia and implications for management »

IMG 20180727 085223 01 - red

Le mardi 11 décembre 2018 à 16h à l’UNC, Amphi 400

Résumé : 

Les espèces exotiques envahissantes sont une cause majeure de perte de biodiversité à l'échelle mondiale, en particulier sur les territoires insulaires où la richesse en espèces et les niveaux d'endémisme accentuent leurs impacts. Des listes d'espèces envahissantes parmi les plus nocives ont été conçues par des organismes internationaux pour aider les gestionnaires de l'environnement à hiérarchiser leurs efforts à l'échelle mondiale et locale. Le bulbul à ventre rouge (Pycnonotus cafer) est une espèce d'oiseau considérée parmi les trois pires oiseaux envahissants de la planète. Cette espèce colonise actuellement l'archipel de la Nouvelle-Calédonie, l'un des 36 hotspots mondiaux de biodiversité. Ce mémoire présente les résultats d'une thèse menée avec deux objectifs: 1) décrire la population introduite en Nouvelle-Calédonie et 2) évaluer les menaces liées à sa dispersion en utilisant les connaissances disponibles, la collecte de données in-situ et ex-situ et diverses techniques d’analyses statistiques. À partir de la littérature, trois impacts clés expliquant le statut de l'espèce ont été identifiés: i) les dégâts sur les productions agricoles, ii) la dispersion des graines de plantes envahissantes et iii) la compétition avec l'avifaune. La taille de la population locale a été estimée (environ 140 000 ind), ainsi que son utilisation de l'habitat (zones habitées), sa densité le long d'un gradient d'urbanisation (30-120 ind / km2). Ont été dressées des listes d'espèces végétales et animales consommées et une couleur préférée dans la stratégie de recherche de nourriture du bulbul à ventre rouge a été identifiée. L'exploration de chaque catégorie d'impact a révélé i) des pertes substantielles sur la production fruitière (18% de la production de tomate), ii) un impact sur l'abondance de 9 espèces d'oiseaux natifs, pouvant conduire à un réassemblage spatial de la communauté, et iii) une dispersion à courte distance (77-92 m) qui pourrait favoriser les espèces végétales introduites par rapport aux espèces endémiques après la digestion. Finalement, la niche climatique de l'espèce à l'échelle mondiale a été estimée et il a été mis en évidence que la plupart des territoires insulaires sont climatiquement favorables à l'établissement de cette espèce d'oiseau envahissante. Si les efforts actuels de recherche et de gestion consacrés au bulbul à ventre rouge à l'échelle mondiale ne justifient pas son statut d'espèce parmi les «pires au monde», des évaluations quantitatives d'impact dans son aire introduite comme les études présentées ici sont nécessaires pour prévenir les impacts nocifs de l'espèce. De telles évaluations offrent également des éléments concrets aux gestionnaires de l'environnement, utilisables directement dans la conception de stratégies de gestion adaptées. 

 

Thèse qui a été co-encadrée par:

Murray Potter, Massey University

Fabrice Brescia, IAC

Phil Battley, Massey University

Eric Vidal, IRD-IMBE

Retour : Agenda