Aller au contenu principal

Adaptations, hommes et territoires

Transition agroécologique, transition alimentaire, changement climatique, gestion des ressources naturelles, sont autant de défis auxquels l’homme doit faire face et s’adapter. L’ampleur de ces défis nécessite de mener des recherches à différentes échelles, depuis le niveau local jusqu’au niveau global. C’est à travers cette approche que l’IAC accompagne les stratégies d’acteurs dans les territoires.

Enjeux

Au niveau international, les recherches sur les mécanismes de transition agroécologique à l’échelle des territoires ont montré que ces mécanismes résultent en grande partie de l’engagement des différents maillons locaux (production, pratiques de consommation, développement agricole, politiques locales, actions citoyennes, etc.) et de leurs interactions. Les initiatives d’acteurs à l’intersection des dimensions agricoles, alimentaires, environnementales constituent des leviers d’action territoriaux (aides à la diffusion des pratiques agroécologiques, plans alimentaires territoriaux, évolutions de l’approvisionnement de la restauration collective...). 

En Nouvelle-Calédonie, les initiatives de ce type se multiplient et l’IAC entend contribuer activement à l’accompagnement de ces transitions en menant des recherches sur les transformations à l’œuvre. L’expertise de l’IAC réside dans sa capacité à mettre en œuvre une analyse multi-échelles des systèmes agricoles et alimentaires : des ménages, des territoires, des filières, des pays et à l’échelle globale. C’est bien à travers cette approche que l’institut envisage de développer une meilleure compréhension de cette articulation complexe et d’accompagner la double transition agroécologique et alimentaire.

Activités scientifiques

L’IAC, acteur clé de l’accompagnement des acteurs dans les territoires, investit plusieurs domaines pour contribuer aux transitions à l’œuvre.

  • Poursuivre les recherches permettant de mieux représenter le fonctionnement des systèmes agricoles et alimentaires : produire des statistiques sur les systèmes agricoles et alimentaires, les ménages ruraux calédoniens et les exploitations agricoles, dans le cadre d’une réflexion plus globale sur l’organisation d’un observatoire des ruralités à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie, en partenariat notamment avec les membres du CRESICA, avec l’ISEE et la DAVAR. Il s’agit ainsi d’avoir une meilleure connaissance des transformations des systèmes d’activités des ruraux à travers la production de données statistiques dans une perspective longitudinale.
  • Mieux connaître les innovations techniques et sociales au sein des filières, analyser les évolutions vers plus d’agroécologie. Plus spécifiquement, il s’agit de questionner les relations entre pluriactivité, multifonctionnalité de l’agriculture et pratiques agricoles pour identifier les déterminants et les impacts de la transition agroécologique. Le rôle des agricultures familiales dans ces transitions est interrogé. Une attention est également portée sur la circulation des savoirs, des pratiques et les processus d’apprentissages contemporains en agriculture. Il s’agit ainsi d’avoir une meilleure connaissance des savoirs locaux, pratiques agricoles mises en œuvre dans ce contexte de changement (émergence et diffusion de nouvelles pratiques associées à l’agriculture biologique et aux pratiques agroécologiques, transformations des systèmes d’activités, développement du salariat...).
  • Évaluer et accompagner la traduction territoriale de politiques agricoles et alimentaires avec un observatoire des ruralités. Il s’agit de poursuivre la dynamique initiée autour de l’observatoire des populations rurales pour accompagner la coordination des recherches, avec les partenaires, sur les systèmes de production, de transformation, de mise en marché des produits, sur les politiques alimentaires et la consommation. Un objectif est ainsi d’améliorer les connaissances du Nexus Agriculture-Alimentation-Santé, en transversalité́ et partenariat avec les autres thématiques prioritaires et partenaires du CRESICA. Cet observatoire est le lieu de la production de connaissances et de scénarios, et leur capitalisation, avec l’ensemble des acteurs, dans une perspective très opérationnelle. Il permet d’appréhender les spécificités des agricultures calédoniennes pour en tenir compte dans les politiques publiques pour définir/identifier des leviers efficaces.
  • Décrire les savoirs locaux et les modalités de leur prise en compte dans la gouvernance des ressources naturelles et dans la transition agroécologique. Les porteurs de savoirs diffèrent, ils sont locaux, experts, profanes, scientifiques mais toujours en lien avec leurs positions sociales et leurs rapports à la nature. Les recherches visent à analyser les effets de la co-production de connaissance dans les processus transformation des relations sociétés-environnement, notamment la transition agroécologique, mais aussi dans les processus de gestion participative des ressources naturelles. Il s’agit ainsi d’avoir une meilleure connaissance des pratiques locales de gouvernance, de la place et de la diversité des savoirs mobilisés par les acteurs dans ces processus de gouvernance en termes de gestion des ressources naturelles et d’accompagnement de la transition agroécologique et alimentaire.

  • Analyser les politiques agricoles, d'aménagement du territoire, de développement local, questionner l’articulation entre politiques alimentaires, sociales et politiques agricoles. Cela permet de comprendre les conditions d’adoption des innovations techniques et organisationnelles, en portant attention à leurs effets en matière d’efficacité économique des filières, mais aussi sur les dynamiques des territoires, sur les relations entre acteurs et les impacts sociaux, sanitaires et environnementaux, dans un contexte de transition agroécologique et alimentaire.

  • Étudier les transformations de pratiques de gouvernances locales autour des projets environnementaux et miniers. L’analyse des dispositifs et arènes de gouvernance des ressources naturelles, notamment de la ressource eau, permet de comprendre comment les dispositifs institutionnalisés et les modes régulations locales s’hybrident au croisement d’acteurs hétérogènes. Il s’agit d’analyser les conditions dans lesquelles les instruments de politiques publiques mis en place sont reçues et réinterprétées par les différents acteurs sociaux et quelles formes de régulations « par le bas » émergent de ces jeux d’acteurs.

Publications

Les connaissances acquises sont capitalisées et diffusées sous des formats variés et accessibles le plus librement possible, à la fois pour la communauté scientifique, pour les acteurs du développement et les professionnels engagés en faveur de la transition agroécologique et alimentaire, l’aménagement du territoire et la gestion des ressources naturelles.

Ci-dessous une sélection non exhaustive de documents illustrant les travaux de l’IAC dans ces domaines.

Ouvrages et documents

Publications scientifiques

Contribution aux objectifs de développement durable (ODD) adoptés par l’Organisation des Nations Unies :

Contribution aux objectifs de développement durable
Contribution aux objectifs de développement durable

Actualités liées

  • Représentations et usages de l’eau en Nouvelle-Calédonie : mieux comprendre pour mieux gérer

    Science en cours
  • Extrait de la couverture du rapport d’activité 2022 de l’IAC.

    Le rapport d’activité 2022 de l’IAC

    Vient de paraître

Tenez-vous informés !

Retrouvez toute l'actualité agronomique en un seul clic.

Contactez-nous

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir nos derniers articles par courrier électronique de manière trimestrielle et vous prenez connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.